Billet de blog

Make A Mark : quand les créatifs aident les organisation locales

Make A Mark

Des personnes créatives et inspirées qui mettent leurs talents au service d'un changement positif : c’est tout ce qu’on aime, chez Amplo. Voilà pourquoi nous sommes fiers, cette année encore, d’être sponsor de Make A Mark à Bruxelles et Gand. Si Bruxelles en est à sa quatrième édition, c’est une première pour Gand. Nous avons parlé avec Gwen Dubois, l'initiatrice de Make A Mark Brussels.

Au cours de cet événement d'une journée, des concepteurs ingénieux et des stratèges novateurs se portent volontaires pour donner à des organisations locales un coup de jeune en matière de communication.

Gwen, comment êtes-vous entrée en contact avec Make A Mark et comment s'est déroulé le lancement d'une édition belge ?
“Il y a quelques années, par le biais d'une lettre d'information de Creative Mornings, j'ai consulté le site web de Make A Mark. Je peux tout à fait m'identifier à l'histoire de Sarah, la fondatrice. Elle a créé Make A Mark pour donner quelque chose en retour à ceux qui travaillent quotidiennement pour la société. Grâce à son expérience au sein d'agences de communication et d'ONG, elle a compris ce qu'une bonne communication marketing peut signifier pour le fonctionnement d'organisations locales, souvent de petite taille. Je travaille comme architecte d'intérieur freelance et je souhaitais depuis longtemps faire quelque chose en parallèle, où je pourrais utiliser mes talents. Make A Mark s'est avéré être le format parfait. Après avoir parlé à Sarah, j'ai cherché des partenaires qui voulaient aider à organiser une édition bruxelloise. C'est ainsi que je me suis retrouvée, avec Piet de Muntpunt, puis avec le directeur de la création Geert Verdonck et le concepteur UX/UI Pieter Nijs.”

Lorsque vous faites quelque chose de bien, tant d’autres choses positives en découlent ! (Gwen Dubois, de Make A Mark Brussels)

L'ancrage local est fondamental dans le fonctionnement de Make A Mark. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?
“Make A Mark souscrit réellement au principe ‘think global, act local’. Le soutien aux communautés locales, en aidant les petites initiatives, est central, il constitue également une force. En tant que participant, vous construisez un réseau supplémentaire, vous découvrez votre ville à nouveau. Par exemple, après la participation de Solumob, Piet et moi nous sommes envoyé des messages lorsque nous avons vu une de leurs camionnettes circuler à nouveau. On encourage également à montrer le caractère unique de la ville, par exemple dans la conception graphique. Pour l'édition bruxelloise, nous demandons chaque année à un créateur différent de partir la question ‘Qu'est-ce que Bruxelles pour vous ?’. Cela a déjà donné des résultats surprenants.”

Make A Mark est un concept américain, comment le traduisez-vous dans le contexte belge ?
“Au début, il y a eu des contacts étroits avec les fondateurs américains. Nous avons adopté leur script mais nous avons eu la liberté de l'adapter à nos besoins et à nos découvertes. Nous avons remarqué que les Makers ici sont plus prudents, plus diplomates, et se sont donc tournés les uns vers les autres pendant la journée pour prendre les devants. Alors, nous avons décidé de confier ce rôle à quelqu'un à l'avance, afin de ne pas perdre de temps. De même, lorsque les Makers doivent indiquer leur niveau de compétence lors de l’inscription, nous constatons qu'ils sont plus modestes ou moins sûrs d'eux : presque personne n'indique ‘expert’. Et puis, il y a eu un fabricant américain qui a indiqué ‘expert’ en tout.” (rires)

De belles rencontres

Make A Mark

Make A Mark réunit deux groupes de personnes. D'un côté, on trouve les Makers. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur leur processus et leurs motivations ?
“Le système fonctionne de la manière suivante : les candidats postulent, font l'objet d'une sélection approfondie et sont ensuite répartis en équipes complémentaires. Ils apprennent à connaître d'autres Makers en peu de temps et peuvent partager leurs compétences. Quelques semaines avant l’événement, ils se rencontrent lors d'un briefing d'une heure puis se mettent au travail le jour même. Pendant la journée, nous prenons soin d'eux afin qu'ils puissent donner le meilleur d'eux-mêmes. Nous leur fournissons des repas nutritifs, des collations et, bien sûr, beaucoup de café.

Les missions sur lesquelles ils travaillent les confrontent à une réalité différente de celle d’un client et les obligent à penser différemment. Ces organisations locales ne disposent pas d’un ou une social media manager. Leurs sites web et leurs réseaux sociaux doivent fonctionner pour elles. Il ne s'agit pas juste d’un aspect esthétique mais bien d'applications fonctionnelles qui peuvent être utilisées immédiatement. Les Makers l'ont compris et sont heureux de consacrer leurs talents et leur temps à ce type de travail engagé. Ils s'inscrivent souvent parce que leur emploi habituel ne leur apporte pas la satisfaction sociale nécessaire. Nous remarquons ensuite que, pendant Make A Mark, leur flamme se ravive. Beaucoup d'entre eux reviennent pour les éditions suivantes - cela peut créer une dépendance !” (rires)

Le second groupe de personnes, ce sont les organisations. Comment cela fonctionne-t-il de leur côté ?
“Tant des organisations bien établies que des initiatives spontanées sont éligibles ; ce ne doit donc pas nécessairement être une organisation à but non lucratif reconnue. Par exemple, nous avons eu une femme très motivée qui voulait organiser et communiquer des activités sur le marché aux puces de son quartier. Les initiatives peuvent également être appliquées plusieurs fois. Nous nous efforçons de rendre la procédure de candidature aussi accessible que possible car nous nous rendons compte que ces organisations sont déjà suffisamment découragées par toutes sortes de dossiers de subvention laborieux. Nous faisons notre sélection sur la base d'initiatives qui aident la ville à aller de l'avant, qui expriment une urgence sociale et qui ont une mission gérable. C'est parfois difficile mais nous pouvons toujours justifier nos choix et fournir les informations nécessaires. La variété des initiatives est là d’elle-même. C'est également très agréable parce que les divers projets vous font réfléchir sur vos propres angles morts. Si les organisations expliquent comment elles traitent des problèmes spécifiques, vos yeux s'ouvrent.”

Un Make-a-Thon, “c'est une journée pleine d'amour, pleine de solidarité partagée entre des gens qui ont des parcours très différents mais qui veulent tous le meilleur pour la ville.”

Une journée extraordinaire

Make A Mark
Studio nunu

Après un court briefing, les Makers et les organisations se réunissent le jour J. Que faut-il imaginer avec un ‘Make-a-Thon’ aussi intense ?
“Entre 8h30 et 9h, les Makers arrivent et commencent leur mission. Peu après midi, les personnes des organisations passent et expliquent aux Makers ce qu'elles ont déjà fait. À ce moment-là, des ajustements peuvent encore être effectués. L'après-midi, les Makers terminent tout, tandis que nous proposons aux organisations un atelier adapté à leurs besoins. Vers 17h30, tout le monde termine et tous les groupes présentent les résultats les uns aux autres et à toutes les organisations. C'est vraiment une journée très intense : toute l'énergie et la concentration sont condensées dans ces quelques heures. Pour moi, c'est une journée pleine d'amour, pleine de solidarité partagée entre des gens qui ont des parcours très différents mais qui veulent tous le meilleur pour la ville. Tout le monde est si heureux, si reconnaissant. C'est le meilleur exemple de ce qu'une seule bonne chose peut apporter de plus.”

Les organisations et les Makers ne paient rien pour participer à Make A Mark. Comment gérez-vous les éditions ?
“Pour le moment, nous travaillons sans argent. L'équipe organisatrice fait tout bénévolement, à côté de son travail habituel. Et nos sponsors, parmi lesquels Muntpunt, Amplo et Gimber, nous aident en nature. En soi, nous n'avons pas besoin de beaucoup pour pouvoir organiser l'événement mais un soutien financier supplémentaire serait le bienvenu.”

Des idées plein la tête

Que souhaitez-vous réaliser à l'avenir avec Make A Mark ?
“Tant de choses ! J'ai toujours un document ouvert sur mon ordinateur, qui s’intitule ‘lessons learned’. (rires) Il y a encore quelques souhaits concrets sur la liste, comme la réalisation d'études de cas, sur les résultats et les effets du Make-a-Thon. Un studio photo où les organisations peuvent prendre de belles et bonnes photos de groupe serait également une belle valeur ajoutée.

Mon rêve personnel, c’est un Make A Mark pour l'intérieur et le design : en tant qu'architecte d'intérieur, je pense que notre environnement peut nous aider mais aussi nous nuire et quand je vois comment certaines organisations travaillent, dans quel type de bâtiments et de bureaux, j'aimerais m'attaquer à ce problème.

Le grand rêve est bien sûr que Make A Mark se développe encore davantage dans d'autres villes de Belgique et d'Europe. En tant qu'édition bruxelloise, nous ne pouvons pas grandir. On veut apprendre à se connaître, garantir la qualité, que tout soit fait et présenté en un jour. En outre, en tant qu'organisateurs bénévoles, nous sommes également à la limite de ce que nous pouvons faire à côté de notre travail - même si c'est fou l'énergie que cela donne. Donc : plus il y a de villes qui le font, mieux c'est !”

Que voulez-vous que les gens retiennent de Make A Mark ?
“Il y a tellement de problèmes dans la ville, il se passe beaucoup de choses sur le terrain et c’est tellement complexe de résoudre ces difficultés... Cela me met parfois en colère. Certaines personnes commencent donc à se demander ce qu'elles peuvent faire à titre individuel. Et j'ai aussi pensé, au début de Make A Mark : ‘Est-ce que ça va aider ? Est-ce qu'un nouveau logo va faire quelque chose ?’ Mais en fait, après toutes ces années, on voit ce que ça donne. Les organisations nous tiennent informés et nous envoient, par exemple, des chiffres sur le nombre de volontaires supplémentaires qu'elles ont pu convaincre. Cela montre l'impact que l’on peut avoir; avec un seul commentaire, on peut améliorer un site web afin qu'un volontaire ou un sponsor potentiel n'abandonne pas. On peut toujours faire quelque chose, il y a tellement de gens qui font quelque chose, mais on doit apprendre à le voir aussi. J'espère que les gens auront ce sentiment avec Make A Mark.”


Les éditions de Make A Mark à Bruxelles et à Gand auront lieu le samedi 19 mars 2022.
Découvrez l’organisation
Make A Mark.
Les organisateurs de Make A Mark sont: Piet Lambrechts (Muntpunt), Geert Verdonck, Pieter Nijs et Gwen Dubois.
Suivez Make A Mark sur Instagram : @lets_makeamark @lets_makeamarkbxl @lets_makeamarkghent Branding Make A Mark Brussels 2022: Denise Hermo @dehermo

Les personnes qui n'appartiennent pas au groupe de créateurs ou d'organisations peuvent s'inscrire pour participer à l'organisation de l'événement avec l'équipe de bénévoles, pour faire la différence en tant que sponsor ou pour accueillir une édition dans une nouvelle ville.

Les éditions de Make A Mark ne sont pas ouvertes au public en journée mais les présentations en soirée le sont. Rendez-vous à Bruxelles au café Muntpunt ou à Gand sur le site De Krook, à 19h.

Photos: Studio Nunu